mardi 11 octobre 2011

un petit peu de couture, ultra facile, ou presque....

Il manquait un fauteuil dans mon salon... Enfin pas vraiment un fauteuil, mais plutôt un gros coussin sur lequel s'asseoir. Il faut dire que quand on a des invités, ils s'assoient dans le canapé et nous par terre. comme si nous n'avions pas 2 canapés hein. Mais Ben et moi on préfère le sol.
Prochain déménagement, je ne m'embêterai pas à retrouver des canapés : une moquette et 2 gros poufs feront l'affaire.

Bref, Ben ayant reçu sa boite à outil sur une petite palette, je l'ai mise de côté pensant bien en faire quelque chose un jour. Un coup de peinture et quelques mois plus tard, elle se transforme en bas pour mon pouf..

Et puis il fallait bien aussi un petit pouf fauteuil pour ma Zouzou pour qu'elle puisse lire bien tranquillement. J'ai trouvé le tuto chez isastuce un blog qui fourmille d'idées plus sympas les unes que les autres. J'avais déjà utilisé un de ces tutos pour une petite pochette avant la naissance de Zouzou girl, mais comme je ne savais pas mettre de lien, je n'avais pas dit d'où venait mon tuto.

ok, elle n'a pas beaucoup d'allure, mais là elle regarde l'ordi !

Bref, il paraîtrait que le tuto de pouf contient une erreur... J'ai pas trouvé et je m'en fiche. J'ai obtenu ce que je souhaitais, alors Mille mercis Miss Isastuce pour tous vos partages...
La seule erreur que j'ai vue : j'ai voulu innover et mettre des scratchs pour fermer la housse. J'ai fais mon ouverture en bas mais ... pas assez grande. Donc découds vite et recouds vite. Conclusion : fallait plus réfléchir, et finitions plus que médiocre ( mais on ne les voit pas !)

lundi 10 octobre 2011

Recette de la pâte à modeler

Un petit après midi chez Liz et je repars avec une recette... Ce n'est pas à manger bien sûr. quoiqu'il n'y a que des ingrédients comestibles mais un peu trop de sel à mon goût.

Il s'agit donc de pâte à modeler. Vraiment hyper facile à faire : Une tasse de farine, une tasse d'eau, 1/2 tasse de sel, 2 cuillerées  à soupe de "crème de tartare" ( traduction mot à mot, c'est une poudre blanche, pas de la drogue hein! qu'on utilise avec le bicarbontate de soude pour faire de la levure), 1 cuillerée à soupe d'huile. Et pour faire un peu plus fun quelques gouttes de colorant alimentaire.

On mélange le tout, on fait chauffer à feu moyen jusqu'à ce que çà ressemble à quelque chose et on laisse refroidir. Et non on ne se jette pas dessus pour vérifier si çà a fonctionné, ok Marie !!!

Je ne suis pas sûre que c'est bien moins cher que la pâte à modeler du commerce. Mais çà a l'avantage certain de permettre ses propres couleurs. Alors allons y gaiement...
Et voilà le résultat :

Le tout pendant Que Zouzou girl développe ses capacités créatives et que Zouzou boy développe ses capacités physiques...


vendredi 7 octobre 2011

J'avais du retard dans mes posts couture.

Ca faisait longtemps que je n'avais rien mis d'où la profusion de post.
Le beau temps arrivant sur notre grande île, il était temps que je fournisse ma garde robe de pantacourt. Enfin au moins un. Toujours tiré de mes bouquins japonais (every day pantalon, ce coup-ci).
Un bidouillage quant à la taille ( je ne dois pas savoir prendre mes mensurations), un ratage pour la fermeture éclair (bien posé mais trop bas sur les fesses (du coup , on aurait vu ma culotte ! ). Mais à part çà pas de difficulté particulière.
La prochaine fois, je rajouterai peut-être un peu d'aisance au bassin, je mettrai une fermeture éclair plus petite. J'en suis super contente. Y a plus qu'à le porter et l'user... Viens le soleil. J'ai besoin de toi pour pouvoir mettre mon pantalon.






Sinon dernier petit bidouillage en date ( de 3 semaines tout de même) : une pochette tout ce qu'il y a de plus simple ( 2 rectangles cousus ensembles puis plié en 3 , formant la pochette et le rabat et une boutonnière). Pour y mettre mes super lingettes quand on se fait la belle.

mercredi 5 octobre 2011

mardi 4 octobre 2011

Petite couture...

Pour petite fille espiègle.


Un bloomer en velours et une tunique, le tout tiré des Intemporels pour bébés. Encore une petite couture facile,et qui fait son effet. Je ne sais pas vous, mais moi j'adore son ensemble. Et il va aussi bien par mauvais temps avec un collant que par beau temps sans collant.
Pas facile de prendre des photos d'une chipie qui veut voir le bébé dans l'appareil...

Pour bébé dormeur :

une turbulette dont le patron est tiré des intemporels comme toujours, arrangé à ma sauce : appliqué, fermeture éclair.

Pour les fesses de mes zouzous :
Dora l'exploratrice se charge de leur essuyer les fesses. Pour une petite explication : je n'utilise que peu les lingettes, j'aime utiliser du liniment oléo-calcaire ( que je ne trouve pas en Australie, je m'en fais donc envoyer par la famille et les amis) sauf que pour l'utiliser rien ne vaut mieux que des cotons de grande taille ( je vous fais un dessin ou vous m'avez compris!), sauf qu'ici on trouve de tout ou presque mais avec difficulté de grands cotons et franchement j'aime faire les magasins mais pas pour trouver de fichus cotons... donc j'ai commencé à couper des chutes de polaire et à les utiliser telles quelles. Résultats peu concluants.
J'ai donc pensé (enfin aussi grâce à la blogosphère) faire des lingettes en flannelle doublé de polaire. Bingo ! Ca marche du tonnerre et elles sont déjà bien utilisées. J'ai même poussé le vice à faire une petite pochette pour en emmener en sortie.


Pour la maman :
un sac dont le patron est tiré des petits rien en liberty. Avec mon batik adoré dont j'ai déjà fait des vêtements pour la maman et pour Miss Zouzou.
Et un bandeau réversible dont j'ai trouvé le tuto chez Henri et Violette. Merci à elle d'ailleurs, son tuto est bien fait et le bandeau est nickel. J'arrive même à le garder plus d'une heure c'est dire. En tout cas, je l'adore.



lundi 3 octobre 2011

Petite virée dans le nord. (2)

Petite journée à Echuca ou "la rencontre des eaux". C'est une des villes les plus touristiques de l'état et qui se proclame " la capitale mondiale du bateau à aube".
Notre visite s'est faite sous la pluie.
Petite balade en promène couillon euh bateau à aube. Comment mieux découvrir le Murray et ses bateaux...  Si ce n'est naviguer sur un de ces bateaux. Le nôtre : le Pevensey, est vieux d'une centaine d'année, il respire l'odeur d'huile de mécanique quand nous avons le nez sur les moteur d'époque. Il y a une certaine majesté dans ces bateaux.
Le Murray est marron ( pas très envie de s'y baigner), encaissé, et parsemé d'arbres morts tombés dans la rivière, conséquence des dernières inondations ( sept 2010 et Janvier 2011).
Notre balade (et ce malgré la pluie) est agréable, nous sommes le seul bateau à naviguer et peu nombreux sur le pont. On apprécie d'être juste nous ou presque.
Nous profitons d'une accalmie pour découvrir le vieux port, la rue principale de la ville et ses attraits : l'atelier red gum works (ébénisterie et  forgerons), les cavistes Murray esplanade cellars qui regorgent d'immenses fûts de vin, les magasins vintages, le magasin de fromage ( et oui encore!)...

Cette ville est plaisante, il me plairait d'y rester plus longtemps et par beau temps.









Le soir nous terminons par un petit tour en Nouvelle Galles du Sud à Mulwala et Yarrawonga dans le Victoria. Ce sont 2 villages au bord du lac Mulwala, immense retenue d'eau d'où émergent une forêt immergée. Pour la première fois, nous apercevons un rayon de soleil, peut-être parce que ce sont des villes réputées pour avoir le plus grand nombre de jour d'ensoleillement dans l'année.

dimanche 2 octobre 2011

Petite virée dans le nord. (1)

Première virée depuis des lustres. Entre les déménagements, les visites et notre flemme, nous n'avons pas beaucoup bougé, en tout cas en dehors de Melbourne.

Nous sommes donc partis à Bendigo, une des villes ayant brillé lors de la ruée vers l'or. C'est actuellement une ville plutôt prospère avec un certain nombre de restaurants et magasins fort sympathiques.  En dehors de çà, la ville regorge de choses à voir ( en proportion à sa taille).  Nous avons donc visité une magnifique cathédrale , la Sacred heart cathedral. Comparé à nos cathédrales françaises, elle paraît toute neuve mais elle en impose. Et j'ai adoré les plafonds en bois contrastant avec les murs beiges ( me demander pas en quoi... ).
Comme Ben a décrété que : "non, on ne visitera pas la mine car on en a déjà visité une en décembre" ;
nous avons continué sur la Bendigo art gallery qui regorge de magnifiques peintures européennes du XIXème siècle ainsi que une collection d'art aborigène. J'ai subrepticement pris quelques photos sans savoir que c'était interdit. Oh la vilaine.
Cette galerie propose des expos temporaires et en ce moment , c'est une expo sur les 200 dernières années de mode des robes de mariée. Oh ben zut alors... Des trucs de filles... Pas de chance mon chéri, tu te fais avoir sur ce coup là ( et toc, tu veux pas visiter la mine et ben moi je te fais visiter un truc à tissu !)... Je n'ai pas osé prendre de photos... Courageuse mais pas téméraire ( ce coup ci je savais que les photos étaient interdites)... Mais j'ai trouvé... LA robe de mariée... Chéri ré-épouse moi, je veux me re-marier... avec cette robe!!!!
La fin de notre visite pour Bendigo fut le Golden dragon museum qui retrace l'histoire des immigrés chinois qui se sont rués... à Bendigo.

Après çà, nous avons décidé d'en rester là. Les zouzous avaient eu leur dose... Direction Echuca, à la frontière avec le New South Wales. Au bord de la Murray River.
Et une ola pour Benoit qui a roulé sans encombre sous un orage comme j'en avais jamais vu une atmosphère de fin de soirée à 15.00, des éclairs toutes les 3 secondes. Assez impressionnant.






en arrière plan : Sun Loong, le plus long dragon du monde et devant: Old Loong (le plus vieux du monde). 

samedi 1 octobre 2011

Petites coutures...

Je me suis lâchée. J'ai tenté mon premier patron. Grâce au livre "sew what a skirt", j'ai enfin construit mon propre patron. Il manquait une petite jupe dans mon dressing (il manque toujours quelque chose, non !), une petit jupe noire classique.
J'ai trouvé un morceau de tissu noir à priori pas en coton et je m'y suis attelée. Il s'avère que je n'ai plus de papier pour faire les patrons et c'est une denrée introuvable ici. 
Sur les conseils de quilteuses, j'ai acheté et utilisé un très fin interface. Et finalement j'en suis bien contente. Ca ne glisse pas sur le tissu c'est moins fragile que le papier de soie. Bref, je verrai à l'usage mais je risque de laisser tomber le papier de soie . (Passionnante ma vie!)

La jupe est noire. Pour l'égayer, rien de tel qu'un petit biais taillé dans un tissu à patch gris à petites fleurs. 

Mais une petite jupe noire sans top assorti c'est nul. 

Je me suis lancée dans les patrons japonais. J'ai tenté un top... ET puis quel flop, je ne montrerai même pas de photos. Pas du tout taillé pour moi. Trop de forme pour ce patron. Donc on découd tout et on râle parce qu'on aime pas gâcher du tissu. Finalement je re-tente ce bouquin mais avec un autre patron . Et cette fois : bingo . il me plaît mon petit haut. il a bien fallu bidouiller un max le patron pour ne pas avoir l'air d'un sac à patate et je ne suis d'ailleurs pas experte : j'ai taillé un haut en taille 42 et un bas en 40... Je n'ai pas ajusté les tissus entre les 2 , il y a donc une différence. Mais je ne m'en formaliserai pas : c'est sous les bras donc çà ne se voit pas. 
j'ai fait les emmanchures et l'encolure avec un biais de même couleur que celui de la jupe. 
Ce faisant, je me perfectionne donc dans la construction d'un biais et sa pose.